Le premier Noël de mon bébé prématuré !

 

Aujourd’hui c’est la Saint-Nicolas ! Et à l’heure où les enfants ouvrent leurs premières fenêtres du calendrier de l’Avent, que les sapins se parent de leurs plus belles décorations, vous vous apprêtez à passer un Noël bien différent que celui que vous aviez imaginé…Alors oui, il n’y aura pas la traditionnelle photo devant le sapin immortalisant son premier Noël, et cette période, d’ordinaire si joyeuse, sera forcément assombrie par l’hospitalisation de votre bébé prématuré. Entre stress et angoisse, il est difficile de penser sereinement à ces festivités. Il n’en reste pas moins que se sont les premières fêtes de fin d’année que vous passerez avec votre enfant.

Dans de nombreux services  de néonatalogie, le personnel et les associations s’organisent pour vous égailler cette période (décorations et goûter de Noël, ou encore distributions de cadeaux) et vous aider à en garder tout de même un bon souvenir. Dans ce but, Bulbille vous propose sur Pinterest une sélection d’idées pour faire rentrer un peu de l’ambiance de Noël dans la chambre de votre bébé. Je ne vous parle pas de sapins ou de décorations potentiellement allergènes, mais de petites décorations en papier, simple à réaliser soi-même ou avec le concours des grands frères et grandes soeurs….Vous y trouverez des exemples de guirlandes et suspensions en papier cartonné, ou de sujets en 3D à imprimer et à monter. Sans oublier le gabarit pour confectionner sa première chaussette de Noël à accrocher au pied de la couveuse ou de son berceau, en prévision du passage du Père Noël. Enfin, cette année SOS Préma propose à la vente des badges de Noël à ventouser sur les couveuses.

Autant de souvenirs à garder que vous aurez plaisir à revoir dans plusieurs années, et qui adouciront ce premier noël…

Photo tirée du Blog de MyZotte : Merci pour cette jolie idée de guirlande et pour le gabarit !

 

Quid de la gigoteuse pour bébés prématurés ?

Gigoteuse, turbulette ou nid d’ange…Toutes ces appellations désignent ce petit duvet devenu l’élément principal du couchage du nouveau-né ces 30 dernières années. Plus sécurisant que les couvertures, il laisse le bébé libre de ses mouvements tout en le maintenant au chaud.

Mais entre toutes ces désignations, il y a de quoi s’y perdre…Alors quelles différences entre tous ces produits ? Et lequel choisir pour son bébé prématuré ?

Tout d’abord faisons un petit tour d’horizon des différents articles :

  • La gigoteuse : c’est un duvet à bretelle apparu au milieu du XXe siècle sous le nom de ‘turbulette’. Elle est le compromis idéale entre l’emmaillotage traditionnel qui a disparu dans les années 60 et la couverture. En effet, non seulement la gigoteuse favorise la position d’abduction (ou posture grenouille) qui contribue au bon développement des hanches, mais surtout elle prévient des risques d’étouffement chez le nourrisson car la tête du bébé y est bien dégagée, tout en le gardant au chaud. Il existe des modèles avec des manches amovibles, mais attention aux surépaisseurs au niveau des aisselles qui pourraient empêcher le bébé de bouger les bras et de se toucher le visage, un geste pourtant apaisant pour lui.

    Elle est aussi nommée ‘douillette’ dans certaine enseigne.

  • Le nid d’ange : c’est un petit sac de couchage avec capuche. Il est préconisé pour les sorties, dans les couffins par exemple, grâce justement à la-dite capuche.

  • La gigoteuse d’emmaillotage: de nos jours on pratique de plus en plus l’emmaillotage moderne. Très différents de l’emmaillotage traditionnel, il est moins strict car il s’agit ici de rassurer l’enfant en le contenant afin de retrouver un peu les sensations envelloppantes qu’il a connu in utero. Elle l’aide ainsi à bien dormir en limitant les réflexes de Moro qui sont des mouvements musculaires intempestifs. A mi-chemin entre la gigoteuse et le nid d’ange, la gigoteuse d’emmaillotage permet certes de garder les bras du bébé le long de son corps tout en gardant sa tête dégagée mais limite quelque peu sa mobilité.

Le choix du produit dépendra donc de sa destination (dodo, déplacement, ou berceuse…), le plus utilisé au quotidien restant la gigoteuse. Mais encore faut-il bien la choisir…

Pour cela, je vous donnerai deux conseils :

  1. Choisir une gigoteuse à sa taille ; tout d’abord c’est plus sécurisant car ainsi bébé ne pourra pas glisser au fond et risquer de s’étouffer, surtout si il est en position proclive. De plus, elle le contiendra lui procurant une sensation rassurante. Enfin celle-ci concentrera sa chaleur autour de lui.

  2. Pour rester dans le domaine de la chaleur, mieux vaut choisir une gigoteuse ouatinée de TOG 2*. Un bébé prématuré ayant du mal à réguler naturellement sa température, il est préconisé de le coucher dans une chambre à température moyenne, (pas la peine de la surchauffer sinon il aura froid en allant dans d’autres pièces) et de l’habiller avec une brassière en plus de son pyjama que l’on pourra enlever si il a trop chaud.

La gigoteuse pour bébé prématuré Bulbille possède toutes ses caractéristiques ; Elle ne mesure que 45 cm de long, ce qui en fait l’une des plus petites gigoteuses sur le marché. Ouatinée, cette gigoteuse préma est fabriquée avec à l’intérieur une cotonnade et à l’extérieur un velour ras, ce qui la classe dans la catégorie TOG 2. Sans compter les petits plus auquel nous avons penser pour la rendre fonctionnelle : les deux bretelles pressionnées associées à une fermeture à glissière sur les 2/3 du pourtour pour pouvoir ouvrir la gigoteuse à plat et ainsi l’aérer convenablement entre deux dodos ou la réchauffer avant de recoucher le bébé. Cette ouverture complète permet aussi de mettre et de sortir bébé tout en douceur sans le réveiller. Enfin n’oublions pas que les tissus qui composent cette gigoteuse préma sont labellisés.

Petite astuce : avant de coucher votre bébé, posez la gigoteuse ouverte sur un radiateur chaud ou bassinez-la avec une bouillotte pour la réchauffer ! Cela limitera la différence de température entre vos bras et son lit.

* Le TOG est un indice de chaleur d’une gigoteuse. Il permet de choisir cette dernière en fonction de la chaleur de la chambre du bébé et de son habillement : TOG 1 pour une chambre à + de 22° avec body, TOG 2 pour une chambre entre 18 et 22°avec body et pyjama, TOG 3 pour une chambre à – de 18° avec body et pyjama.

Photo ADAM Hélène : Gigoteuse préma collection Zoé de Bulbille et doudou de notre partenaire Margotte Tournicote

BulBille participe à ‘We Love Préma 2’

Plus qu’une marque, BulBille est avant tout une histoire familiale, celle d’une naissance inattendue comme le sont toutes ces naissances prématurées…Voilà pourquoi, dès le début de sa création Bulbille a eu à cœur de soutenir, dans la mesure de ses moyens, toutes les actions aidant à améliorer le quotidien des bébés prématurés et de leurs familles : en tricotant pour l’opération ‘Des plaids pour les prématurés’ ou en offrant des gigoteuses au service de néonatalogie au CHU de Caen par exemple. C’est donc tout naturellement que j’ai répondu favorablement aux sollicitations de plusieurs équipes ‘We Love Préma 2’.

Mais qu’est ce que ‘We Love Préma’ ?

‘We Love Préma’ est une opération organisée par Mont  Roucous en partenariat avec Vert Baudet et Giotto, et parrainée par Elodie Gossuin. Son but est de récolter un maximum de bodies qui seront ensuite customisés avant d’être remis à l’association SOS Préma. Lors de la première édition, 6200 bodies ont ainsi été redistribués dans les services de néonatologie et maternités de toute la France. Pour cette seconde édition, l’objectif est de récolter 10 000 bodies. Débutée en février, cette collecte se termine en août.

Si vous souhaitez y participer, c’est donc actuellement la dernière ligne droite pour envoyer vos bodies aux 83 équipes régionales qui s’occupent de la récolte.

Ces bodies étant destinés aux bébés prématurés, ils devront être :

  • en taille préma, naissance ou 1 mois,
  • neuf ou en bon état,
  • sans étiquette en contact avec la peau du bébé,
  • 100% coton,
  • avec une ouverture sur le devant (type cache-coeur).

Pour ma part, il me reste encore une douzaine de bodies à confectionner et à envoyer. J’ai choisi d’offrir les bodies spéciale couveuse 000 en blanc pour faciliter la customisation. Et je vous invite à suivre leurs réalisations en temps réel sur Facebook ces 2 prochains jours….

 

Retrouver toutes les étapes de fabrication de ces petits bodies et le résultat de leurs customisation en cliquant ici.

Faire-part de naissance et prématurité.

Le faire-part… Voici encore un rituel de la naissance qui conjugué à la prématurité déstabilise les jeunes parents de bébés prématurés.

S’il est vrai que de nos jours les faire-part ne servent pas tant à annoncer la naissance qu’à en garder le souvenir, ils restent néanmoins incontournables, comme un symbole de l’entrée de ce nouveau-né dans sa famille. Ils sont aussi traditionnellement le point de départ des réjouissances, visites, cadeaux de naissances et autres cartes de félicitations.

Il est donc bien normal que, dans cette situation où l’avenir du bébé est bien incertain, de nombreuses questions se posent : Devons-nous envoyer un faire-part ? A quel moment ? A qui ? Et qu’inscrire dessus ?… Bien entendu comme chaque naissance est particulière, il ne s’agit pas ici d’écrire un mode d’emploi du parfait faire-part pour bébé prématuré, mais plutôt de répondre à ces questions, tout en vous donnant différentes idées de faire-part originaux.

Tout d’abord, je crois qu’il est important, voire même indispensable d’envoyer un faire-part. Bien que cela ne se soit pas passé comme vous l’espériez, c’est un moment important de votre vie et de sa vie, qui mérite d’être mis en avant : votre bébé est né, vous êtes (de nouveau) papa et maman !

Cela peut permettre aussi de ramener un peu de normalité dans un quotidien chamboulé en faisant une chose que tous les autres jeunes parents font à l’arrivée d’un bébé.

Alors oui, je suis d’accord qu’il est hors de question d’envoyer ce faire-part la semaine de la naissance, comme cela est de tradition. Vous avez beaucoup d’autres choses à penser, toute une organisation à mettre en place, sans parler de votre santé et celle de votre bébé ! Et comme nous vivons à l’ère des sms et des réseaux sociaux, changeant de facto la nature première d’un faire-part, cette règle est de toute façon de moins en moins suivie. Dès lors, exempt de toutes contraintes de temps, pourquoi ne pas attendre que la santé de votre bébé se soit améliorée, voire qu’il soit rentré à la maison !

Cela permettra non seulement que la création de ce faire-part soit un bon moment et non une corvée. Mais aussi que vous soyez plus sereins à la réception des félicitations et autres vœux de bonheur qui ne manqueront pas de pointer le bout de leur nez, parfois fort maladroitement. En effet, si l’on peut restreindre l’annonce de la naissance « de vive voix » à nos très-proches, le faire-part lui se doit d’être envoyé plus largement, donc à des personnes qui ne se rendront pas compte de la délicatesse de la situation.

Quant au contenu du faire-part, cela va dépendre de votre propre sensibilité. Comme je vous le disais plus haut, celui-ci sera un souvenir pour vous et votre famille, que vous conserverez sans doute, et apprécierez de revoir plus tard avec votre enfant. Voilà pourquoi il est préférable de ne pas mettre l’accent sur sa prématurité. Il ne s’agit pas de la nier, juste de voir au-delà de l’aspect médical.

En pratique, un faire-part se compose autour de deux éléments incontournables : le prénom et la date de naissance. C’est peu vous me direz, mais vous pouvez faire toutes sortes de faire-part avec juste ces deux informations : une cocotte de notre enfance, un porte-clefs, un œuf surprise… Idéal lorsque son bébé est encore à l’hôpital et qu’il est un peu tôt pour raconter son histoire, ils permettent également d’éviter astucieusement toute mention de taille et de poids. Je vous en ai fait une petite sélection « diy » sur mon Pinterest.

Pour ceux qui souhaitent partager quelque chose de plus personnel, vous pouvez mettre en avant un trait de son caractère qui vous a frappé, ou le doudou que vous avez choisi pour veiller sur lui quand vous n’êtes pas là…

Reste la question des photos. Évitez si possible les photos en couveuse où l’assistance médicale est trop présente. Optez plutôt pour une photo de ses pieds, un zoom sur une partie de son visage, ou pourquoi pas une photo de sa main dans la vôtre qui suggérerait sobrement sa petite taille (exemple sur Pinterest). Si vous souhaitez en mettre plusieurs, privilégiez le noir et blanc pour avoir une belle unité entre elles. Quoi que vous choisissiez, gardez à l’esprit que ces photos seront pour certaines personnes la première fois qu’elles verront votre bébé.

Le Coup de Cœur de Bulbille !

En faisant mes recherches pour cet article, je suis tombée sur le site Les faire-part de Gaspard. Créé par deux mamans adoptantes, cette boutique propose des faire-part de naissance pour toutes les occasions en partant de l’idée que chaque arrivée d’un enfant dans une famille se doit être annoncée et fêtée.

Pour tout vous dire, je ne m’étais jamais posée la question des faire-part dans le cadre d’une adoption qui est donc le point de départ de leur création. Pourtant en découvrant cette boutique, leur solution m’a parue être une évidence. : elles ont imaginé un faire-part où sont mentionnées les deux dates les plus importantes de la vie de l’enfant : sa date de naissance et sa date d’adoption, début de leur nouvelle vie de famille.

Remarquant la similitude entre les deux situations, elles ont adapté leur principe des deux dates pour créer toute une collection de faire-part spécialement pour bébés prématurés, où est mentionné non seulement la date de naissance mais aussi la date du retour à la maison. Et si il y a bien un jour que tous les jeunes parents de bébés prémas attendent impatiemment, c’est bien celui où leur enfant sera enfin chez eux !

Mais le vrai plus, c’est qu’au-delà d’immortaliser ce jour, synonyme d’un nouveau départ, cette idée des deux dates permet de raconter sobrement l’histoire de votre courageux bébé en mettant en avant de manière positive le chemin parcouru.

Alors surfez vite vers cette boutique en ligne pour découvrir cette belle collection de faire-part entièrement personnalisables. Classique aux couleurs tendres ou plus graphique et vitaminé, vous trouverez forcément votre bonheur. Et cerise sur le gâteau : ils sont fabriqués en France !

Les soins de développement et BulBille

Durant votre séjour en néonatalogie, vous entendrez sans doute parler des soins de développement ou NIDCAP. Cette pratique est née aux Etats-Unis en 1982 à partir des recherches du Dr ALS autour de l’impact de l’environnement néonatal sur le développement de l’enfant né avant terme. Elle est aujourd’hui de plus en plus présente dans les unités de néonat française.

Concrètement, à la naissance, le nourrisson fait l’expérience de nouvelles stimulations (auditives, olfactives…). Mais pour un bébé né prématurément dont le corps est encore immature, celles-ci génèrent stress et inconfort. Le but est donc de diminuer ces sources de stimulations avec la mise en place d’un ensemble de techniques environnementales et comportementales qui favoriseront son bien-être et aideront  à son bon développement.
Dans un premier temps, le personnel soignant va chercher à minimiser les sources de stimulations environnementales tel que la luminosité ou le niveau sonore. Ces dispositions sont simples à initier. Par exemple, la chambre peut être mise dans la pénombre, ou une couverture posée sur la couveuse, on parlera en murmurant et on baissera le volume des alarmes sonores… Impossible de parler de l’environnement du bébé prématuré sans parler de la couveuse qui le maintient au chaud. A présent, le bébé y est placé dans une sorte de « nid » qui le contient et lui permet de garder une posture en flexion proche de celle qu’il avait in utéro et qui le rassure. Toutes ces dispositions sont évolutives car la finalité n’est pas tant de reproduire l’environnement in utéro que d’aider le bébé à appréhender, à son rythme et en fonction de sa croissance, son nouvel environnement.
Dans un second temps, le personnel soignant va chercher à développer des sensations de sécurité afin d’aider le nouveau-né à supporter les soins. Pour cela il se base sur l’observation et l’analyse du comportement de chaque enfant et en fonction de ses réactions et de sa tolérance aux soins, une solution personnalisée sera mise en place pour diminuer son stress. En voici quelques exemples : ne pratiquer les soins que lors des périodes d’éveil, limiter les manipulations, lui parler, poser les mains sur lui pour l’apaiser ou lui proposer une tétine trempée dans une solution sucrée pendant les soins, faire des bains et pesées enveloppés…Faire participer les parents est aussi une priorité de ce programme. Les soins à 4 mains sont particulièrement recommandés pour calmer le bébé et facilitent le travail des soignants. Ils permettent surtout aux parents de mieux comprendre leur enfant, et de diminuer leur appréhension envers lui et cette situation si particulière, afin de leurs redonner une place privilégiée, comme lors du peau à peau.
Grâce à toutes ces pratiques, on a pu observer une amélioration de l’état de santé général des enfants à court comme à long terme, avec une diminution des complications médicales.
Il est vrai que dans ce contexte, l’habillement du bébé n’est pas la première chose à laquelle on pense. Mais il peut devenir un sujet problématique, si au moment où l’on en a besoin, il ne convient pas à la situation. Il était donc primordial pour BulBille de proposer une ligne de vêtements conçus dans le respect des pratiques de soins de développement. Voilà pourquoi, tous nos articles s’ouvrent sur le devant pour faciliter l’habillement et limiter les manipulations. Ils ont également tous été conçus avec un minimum de pièces, donc de coutures, pour diminuer les épaisseurs qui pourraient être gênantes, comme sur les côtés ou les pieds du pyjama. L’utilisation des pressions en résine évite de déshabiller l’enfant à chaque examen. Quant à l’application d’étiquettes thermocollées à la place d’étiquettes en tissus, elle prévient l’irritation de leurs peaux fragiles. C’est dans cette optique également que nous avons choisi des tissus labellisés OekoTex Standard 100 pour la confection de nos produits. Cette certification atteste qu’aucun produit chimique n’est entré dans le processus de fabrication de ces textiles.
Le vêtement de notre ligne le plus représentatif de ce concept est sans doute le body spécial couveuse . Grâce à ses fermetures aux épaules et au ventre, il permet d’habiller les nouveaux-nés malgré l’assistance médicale, tout en limitant les manipulations. En effet, il suffit de déposer le bébé sur la partie dorsale, et de rabattre l’autre partie sur son torse avant de le fermer avec les pressions. Le tout en une seule pièce, donc sans couture irritante.
BulBille, le confort du bébé préma avant tout !!

Le Premier Noël de BulBille

Les clochettes tintinnabulent, les sapins s’illuminent, pas de doute : Noël s’approche à grand pas! Le premier de BulBille…

Afin de fêter dignement cet événement, je vous ai réservé quelques surprises! Une par semaine précisément et cela jusqu’à Noël! Nouveau produit ? Offre spéciale ? A vous de le découvrir chaque samedi ! Dans tous les cas, des petits plus qui vont vous aider à garnir les chaussons de vos bébés prématurés…

En cette première semaine de décembre, vous avez déjà découvert le tout nouveau produit de BulBille : La Carte Cadeau . Avec cette carte, valable six mois sur tout le site, vous êtes sûr de faire plaisir sans vous tromper !! Les jeunes parents choisiront ainsi eux-même les vêtements adaptés à la situation de leur bébé et à sa taille.

Et rendez-vous dès demain sur notre page facebook pour la seconde surprise !

Journée Mondiale de la Prématurité 2015

Depuis 2009, tous les 17 novembre se déroule la Journée Mondiale de la Prématurité à l’initiative de l’association SOS Préma. Cette journée internationale a pour vocation de parler des naissances prématurées afin d’améliorer la prévention de la prématurité, mais surtout la prise en charge des familles qui la vivent.

A cette occasion, le CHU de Caen organisait ce mercredi une manifestation avec le soutien des associations régionales : stands d’informations sur la prématurité bien sûr, mais aussi expositions de photos d’anciens prémas devenus grands, et d’ouvrages de bénévoles gracieusement offert aux bébés prématurés durant leur séjour au service de néonatalogie.

En effet, entre le réseau de tricoteuses animé par la correspondante locale de SOS Préma, Isabelle MONNET, et l’association BébéQuilts de Basse-Normandie, présidée par Madame ALBERTEAU, nos petits prémas caennais sont bien entourés…

Toutes les personnes touchées par la prématurité connaissent l’association SOS Préma. Elle est présente dans bon nombre de services de néonatalogie en France, et oeuvre au niveau national à la sensibilisation des pouvoirs publics en soutenant par exemple la mise en place de la loi sur l’allongement du congé maternité pour les naissances prématurées (mars 2006). A Caen, leur correspondante locale organise, en plus du réseau des tricoteuses qui réalise de la layette, un café-parent une fois par mois pour échanger sur son expérience de la prématurité entre parents. Sans oublier, le ‘Cross des Conquérants’  (fin mai) où sont invités tous les anciens prémas avec leurs parents à effectuer selon l’âge, ou des petits parcours de motricité, ou des petites courses, et à partager un goûter..

Quant à l’association BébéQuilts de Basse-Normandie basée à Lisieux, elle confectionne et offre environ 150 plaids par an depuis 2002. Quand on pense qu’il faut entre 80 et 100 heures de travail pour en faire 1 !!! Ces ouvrages jouent plusieurs rôles auprès des bébés et de leurs parents. Les teintes vives et contrastées favoriseraient la stimulation mentale de l’enfant tout en apportant aux parents gaieté et réconfort. Ce plaid peut être utilisé de différentes manières : pour protéger le bébé de la lumière vive en le posant sur la couveuse, ou en peau à peau pour le réchauffer. Dans tous les cas, il le suivra à la maison et restera une preuve indéniable de cette belle solidarité !

BulBille tricote pour les bébés prématurés !

Il y a quelques semaines une maman comme les autres lançait l’opération ‘Des plaids pour les prématurés 2015 ‘. La volonté de Caroline, l’instigatrice de ce projet, est de récolter un maximum de petits carrés  tricotés de 10×10 cm. Puis de les assembler afin de réaliser de jolis plaids qu’elle déposera ensuite dans les centres de néonatalogie les plus proches de chez elle à l’intention des parents de bébés prématurés.

Afin de soutenir cette belle initiative, BulBille sort ses aiguilles, et aujourd’hui déjà 7 carrés sont tricotés… Si vous souhaitez vous joindre à nous, les consignes sont simples : bleu, rose ou blanc, peu importe tant que les fils utilisés sont majoritairement en acrylique afin d’éviter tout risque d’allergie, et les carrés finis doivent mesurer 10 cm de cotés. Pour plus d’informations, rendez-vous sur la page Facebook ‘des plaids pour les prématurés‘. La date limite d’envoie des carrés est le 30 novembre. Alors par ce triste week-end de novembre, pourquoi ne pas mettre à profit votre temps  et tricoter pour offrir un joli cadeau tout chaud à des bébés nés trop tôt ?

Pour celles et ceux qui le souhaitent, des explications de tricots sont disponibles sur le Pinterest de BulBille

Tous à nos aiguilles !!!

Les tendances prénoms 2016

Ce mois-ci, comme chaque octobre, est paru l’Officiel des Prénoms 2016 aux éditions First. Ce guide de référence répertorie plus de 12 000 prénoms, en en donnant l’origine et la signification, et établie le palmarès des prénoms préférés des nouveaux parents en 2015.

Cette année, petite révolution chez les filles ! Le prénom Emma, en tête de liste depuis 10 ans, est rétrogradé à la seconde place au profit de Louise, (8ème l’année dernière). A la suite, on retrouve les incontournables Chloé, Lola et Inès, déjà présentes au top 5 l’an passé.

Chez les garçons, c’est Léo qui monte sur la première marche du podium, suivi de Gabriel et Adam (13ème l’an dernier). Nathan et Lucas, les 2 prénoms les plus donnés ces dernières années, redescendent quant à eux respectivement à la 9ème et 6ème place du classement. A la 4ème et 5ème place, on retrouve Timéo et Raphaël.

 

Mais quelles sont les grandes tendances pour choisir le prénom de son futur bébé cette année ?

Incontestablement, la mode est aux prénoms courts de 2 syllabes. On en dénombre pas moins de 17 pour les filles et 16 pour les garçons dans le top 20.

Coté sonorité, pas de doute ! Misez sur le A pour une petite fille. Près de la moitié des prénoms féminins du top 20 finissent par cette voyelle comme Sarah, Lena, ou Mila. Vous noterez que le L est très présent aussi ! Chez les garçons, bien que moins marquée, la préférence va aux prénoms se finissant par un O, comme Timéo, Enzo ou Théo.

Coté inspiration, les vieux prénoms français un peu rétro sont toujours aussi appréciés : la première place de Louise en est la preuve flagrante, sans oublier Juliette, Anna, Hugo, Jules ou encore Gabin également dans le top 20.

Autres tendances : pour les petits garçons en particulier les prénoms bibliques, emprunt de sagesse, font leur retour, comme l’indique Gabriel et Adam à la 2ème et 3ème place cette année. Quant aux filles, les parents se tournent à nouveau vers les noms de fleurs pour des prénoms tout en fraîcheur tel Rose, Lily, Violette ou Capucine.

Enfin une autre catégorie se démarque : les prénoms d’origine anglaise, élégants et affirmés. Alors pourquoi pas Grâce, Amy, Eleanor ou Abygail si c’est une fille, ou bien Ethan, Liam, Connor ou Eliot si c’est un garçon ?

Le don de lait maternel

Avec la semaine de l’allaitement qui se termine ce weekend, le sujet d’aujourd’hui été tout trouvé. Mais au lieu d’aborder le thème de cette année ‘allaitement et travail’, je souhaite mettre en lumière une pratique encore peu connue et qui dans le monde de la prématurité nous touche de près : le don de lait maternel.

Plusieurs études le prouvent, le lait maternel a des propriétés anti-infectieuses et nutritionnelles qui aident notamment à la maturation des intestins et au développement cognitif des bébés prématurés. Or après un accouchement prématuré, toutes les mamans ne sont pas en capacité d’allaiter leur nouveau-né. Et quand cela est possible il faut tout de même attendre que le lait soit analysé avant de le donner au bébé, d’où le recours au lait d’une donneuse collecté par les lactariums.

Le lactarium est un établissement qui s’occupe donc de la collecte mais aussi du traitement, de la conservation et de la distribution du lait aux bébés qui en ont besoin. Ils sont également des centres d’informations sur l’allaitement maternel en général. Il en existe 19 en France, souvent associés aux Centres Hospitaliers Universitaires.

Toutes les mamans sont susceptibles de pouvoir donner leur lait, cependant comme pour tout don, les futures donneuses devront effectuer une prise de sang et une analyse de leur lait sera réalisée régulièrement. Le don de lait peut se faire de la naissance du bébé à ses 6 mois car après le lait, moins riche, devient moins adapté aux besoins des bébés prématurés.

Dans la pratique, le lactarium fournit  le matériel nécessaire, mais la donneuse doit posséder un congélateur pour conserver le lait le temps que la collectrice passe le récupérer. Car oui, point important ! La donneuse n’a pas à se déplacer. Une personne vient à son domicile à intervalle régulier pour collecter son don  et lui prodiguer des conseils si besoin. Arrivé au lactarium, le lait recueilli est analysé, pasteurisé et congelé, voir lyophilisé selon les demandes, avant d’être redistribué dans les services de néonatalogie.

Si vous êtes intéressée par ce geste généreux, rendez-vous sur le site des lactariums de France pour plus d’informations et les coordonnées du lactarium le plus proche de chez vous….